Au mois de Mars, venez profiter de l’exposition myCowork de Christophe Vaille : FACE B.

Le retour des expos chez Mycowork Montorgueil :

Chez myCowork nous aimons vous proposer un espace de coworking changeant et souvent renouvelé. Nous aimons aussi vous faire découvrir des univers et des artistes qui nous touchent : l’illustre boutique, Pierre Chancy, Jonathan Sirch et bien d’autres.

Ce mois-ci ce sont les portraits originaux de Christophe Vaille qui prendront place sur les murs de myCowork Montorgueil. En effet, après quelques mois de pause, notre coworkingspace du 54 rue Greneta se remplume et vous fait découvrir les étonnantes photos de Christophe, aperçues pour la première fois sur les murs du bar Avek, rue St Sauveur.

Face B, des visages expressifs et couverts par des masques de boue, voilà de quoi éveiller les curiosités.

Christophe Vaille commence à photographier en 1974 avec un Kodak instamatic. Puis la découverte d’un Foca et d’un Lordomat, anciens appareils photos de la famille lui ouvre la porte au Noir & Blanc. Son père lui offre alors un Canon Ftb. De nombreuses heures de labo photo s’en suivent en écoutant FIP. Après l’acquisition tant rêvée d’un Nikon F2 d’occasion, il tente de saisir les instants furtifs de la vie de tous les jours.

En 1989, il suit une équipe qui relie Lhassa-Katmandou en VTT en traversant le plateau Tibétain. Puis en 2000, Christophe s’essaie au numérique. A partir de 2004 Christophe suit l’équipe WR aux 24h du Mans. Puis différents voyages: 2008 Pekin, 2009 Japon, 2011 Madagascar. De nombreux projets sont depuis réalisés, d’autres sont en court de réalisation.

Exposition myCowork de Christophe Vaille : FACE B

« Y a t’il une possibilité de représentation graphique de l’âme ?
Son transfert vers l’image n’est t’il pas entropique ?
Quel degré de distorsion faut il appliquer au fond pour qu’il devienne forme ?
De quelle façon inverser le phénomène ?

Face B, c’est masquer pour mieux apparaitre, masquer pour désorienter le modèle stéréotypé qui s’affiche et se fige instantanément face à l’objectif inquisiteur, masquer pour libérer le sujet de la prestance égocentrique du faiseur d’image, masquer pour révéler.
Comme connecté aux réseaux derrière son pseudo, barricadé derrière son masque, on se dévoile ou l’on s’invente.
Inspiré peut être du Buto, art expressionniste ou la danse exprime les non dits, je photographie en masquant. Le masque, sérum de la situation théâtrale, favorise l’introspection fugitive ou l’exubérance. Celle ci se dévoile, partiellement par inadvertance, prise a contre pied. »

Rendez-vous :

le jeudi 8 mars à partir de 18h30, Apéro-vernissage dans votre espace de coworking au 54 rue Greneta !

De plus, l’expo sera affichée jusqu’au 2 avril ! alors passez donc quand vous voulez coworker sous les regards expressifs des visages de Christophe Vaille !