Jeudi 12 Mai à 19h, nous vous proposons un apéro vernissage sur le thème de la photographie de voyage.

Nous avons souhaité exposer deux artistes dont les univers se répondent à merveille : Yasmine Tandjaoui et Maxime Fardeau.

Du 9 Mai au 12 Juin chez #myCowork @perceptionsphotography

Yasmine Tandjaoui du 9 Mai au 12 Juin chez #myCowork @perceptionsphotography

Elle c’est une photographe autodidacte algérienne, également architecte-urbaniste, Yasmine Tandjaoui aka « Perceptions » débute la photographie en 2012. Son Parcours l’amène à questionner essentiellement les formes architecturales et urbaines mais aussi l’humain; éléments corolaires et interdépendantes dans l’exercice de son métier. Son travaille oscille entre photographie d’architecture et street photography. L’environnement qui l’entoure devient un véritable terrain de jeu photographique. Sa démarche artistique repose sur l’affect, loin de toute volonté de sur-intellectualisation. Son approche fait appel aux sens et aux capacités cognitives de chacun à construire sa propre perception de l’objet photographique. Elle vous invite à découvrir, chez myCowork Montorgueil, 14 de ses photographies. Une série urbaine et architecturée à géométrie variable mêlant perspectives, lignes et mouvements dans un dialogue entre quotidien et instantané.

Maxime Fardeau chez myCowork

Maxime Fardeau du 9 Mai au 12 Juin chez myCowork @maxandpaula

Lui est un de nos coworkeur de la première heure. A la ville, Maxime Fardeau est consultant pour Easis consulting et dès qu’il en a l’occasion il est photographe de talent. C’est peut-être de cette double casquette qu’il tire un travail à la fois très technique et extrêmement sensible, touchant. Son arme secrète pour fendre nos armures est la photographie polaroïde et Maxime développe lui même ses clichés. Ses photos sont à la fois douces et touchantes, réconfortantes et vintages. Sur les murs de myCowork, une série sur Hong Kong : « Je suis parti sur un coup de tête. Seul. J’ai rencontré une ville inconnue, je m’y suis égaré. Une danse à deux où je me suis laissé guidé par ses ruelles, ses habitants, son odeur, son étrangeté. En rentrant chez moi, bien après avoir développé mes photos et les avoir triées, je me suis rendue compte que tous mes clichés me rappelaient mon enfance. des fragments oubliés. La familiarité dans l’inconnue. En réalité nous nous connaissions depuis longtemps. »

Vous avez tout le mois de Mai pour les découvrir sur nos murs. C’est certain, vous allez les adorer alors venez les rencontrer, comprendre leurs techniques, leur vision et passer une soirée conviviale avec nous jeudi !